Fin de l’année scolaire:Votre adolescent a raté son bac?

0

Parents, n’aigrissez pas vos enfants! L’échec n’est pas définitif, mais un recul pour mieux faire à l’avenir!

Beaucoup de parents sont souvent durs lorsque les enfants échouent à l’école et infligent souvent des des sévères punitions à leurs enfants! On en fera encore plus mieux si on a été aussi assez responsable tout au long de l’année pour suivre l’évolution! Souvent, certains parents négligent les enfants et se plaignent quand ils échouent! Par ces conseils ci-dessous, on y arrivera!

Ammafrica

Il a raté son bac : que faire ?

Votre adolescent a raté son baccalauréat ? 5 conseils de pros pour l’aider à positiver !

50404360-belle-m-tisse-africaine-fille-adolescent-am-ricain-femme-jeune-femme-livraison-de-boire-du-caf-en-de.jpg

Les résultats du bac sont tombés : votre ado est bien loin d’avoir décroché une mention, il n’a tout simplement pas obtenu son fameux diplôme. Triste, déçu ou désespéré… les sentiments qu’il éprouve sont loin d’être agréables. Comment réagir en tant que parents alors qu’on est tout autant déçus ? Comment positiver et rassurer son enfant ? Nos experts vous donnent un coup de pouce !

1-   Dédramatiser

Aujourd’hui, le baccalauréat est devenu un diplôme indispensable aux yeux des parents. Pourtant, ce n’est pas un échec total de le rater une première fois ! Isabelle Dumas, fondatrice de Cours Ado et ex-prof de maths explique : « Il faut être patients, dédramatiser l’échec. Lui dire « ce n’est pas grave » car ce n’est pas la fin du monde ! Après tout, ce n’est qu’un examen !« . Pour Dominique Tourrès-Gobert, pédopsychiatre, un comportement est à bannir « Évitez la revanche agressive et humiliante dans le style « je te l’avais bien dit ! » ainsi que la panique et l’angoisse« .

2-   Rester positifs

Si votre adolescent choisit de redoubler, sachez qu’il est en bonne voie ! « Il ne faut pas que les parents paniquent. On sait que lorsqu’on redouble, on a de fortes chances d’obtenir son bac la seconde fois. » rassure la pédopsychiatre. Une affirmation confirmée par Isabelle Dumas : « Il faut aussi valoriser le redoublement, se dire que c’est une chance de faire mieux. Je vous assure que cela permet de rebondir !« . Mais attention, pas question de se reposer sur ses lauriers ! Cette année, il faut travailler… « Maintenant, il lui faut viser la mention l’année prochaine et tout faire pour être le premier de la classe ! » avertit Isabelle Dumas.

ratã© bac 220
Rassurer son enfant qui a raté le Bac. © Klaus-Peter Adler – Fotolia.com

3-   Une deuxième chance

Toutefois, rassurez-vous, rater son baccalauréat n’est pas synonyme d’échec pour la vie. « Il faut considérer cette année supplémentaire comme une année de maturation où on peut s’orienter vers autre chose. Il ne faut pas oublier non plus qu’il existe d’autres passerelles pour obtenir un équivalent du bac. Il faut donc être conscient de toutes ces possibilités pour voir que ce n’est pas une catastrophe de ne pas l’avoir. » assure Dominique Tourrès-Gobert.

4-   Affiner son projet professionnel

Quand on rate son diplôme, ce n’est pas un an de perdu ! Pour nos spécialistes, c’est l’occasion d’affiner ses envies. « Essayez d’être positifs. Il faut trouver une solution pour cette année à venir. Cela peut être de travailler une année, d’effectuer un redoublement ou encore de le laisser partir une année à l’étranger pour apprendre une langue. Cette dernière solution est intéressante car cela fait mûrir les adolescents. Ils se rendent compte des réalités et peuvent ainsi mieux trouver leur voie. » conseille la pédopsychiatre.

5-   Laissez-les vivre

38065832-portrait-d-africains-amis-de-coll-ge-am-ricain-mignons-sur-le-campus

Déçu de ce premier échec, vous avez l’intention de suivre de près votre adolescent cette année ? Avant de vous lancer dans cette aventure, interrogez-vous. « On peut se demander légitimement pourquoi il a raté. Est-ce une manière de sortir du projet parental ? Quel avenir a-t-il envie d’avoir ? » questionne Dominique Tourrès-Gobert, auteur de « J’ai un ado à la maison ! » Après ce questionnement, considérez ce temps de pause comme un temps où l’adolescent va se ré-approprier son avenir : « Je pense qu’arriver à cet âge-là, l’adolescent doit s’approprier ses études. S’il y parvient, il y a quelque chose de gagné. Il y a bien sûr des adolescents qui vivent en dehors des réalités mais cette année de battement leur permettra d’affiner leur projet professionnel et de se ré-approprier leur avenir » observe la psychiatre.

@Journal des femmes

Titre et réfléxion

AMMAFRICA WORLD

Share.

Leave A Reply

error: Content is protected !!