UFA:Rencontre des Femmes de la Diaspora à Bruxelles dans l’amour d’une mère!

0

UFA – Rencontre des femmes de la diaspora à Bruxelles :  » Transmission de Valeurs africaines  » – L’Amour d’une Mère!

Nous vous transmettons cet article dont nos partenaires nous l’ont envoyé par courriel électronique afin de vous apprendre comment les femmes-mères et autres catégories s’interpellent sur leur rôle et surtout de l’amour d’une mère à ses enfants! Ammafrica ne peut rater de telles occasions pour en parler ou en commenter! Sur ce, savourez ces moments des refléxions avec ces femmes merveilleuses du monde entier! AmmAfricA.

 
Rencontre des femmes de la diaspora autour des valeurs, des traditions et de la transmission de culture africaine aux jeunes femmes en quête d’identité : A Mother’s Love – L’Amour d’une Mère –  « Transmission of African Values « 
LIEN PHOTOS CLIQUEZ ICI
A l’ère actuelle, de nombreuses questions restent sans réponses ou voire souvent tabous dans la réflexion de nos jeunes issues de la diaspora dont  le pays d’origine, le milieu social d’origine sont autant d’éléments qui rendraient vain tout discours trop général. En outre, les adolescentes et les jeunes femmes d’origine africaine partagent avec les autres jeunes de leur classe d’âge les évolutions des relations parents-enfants, les mutations de la forme familiale, la crise des éléments intégrateurs traditionnels.
C’est dans cette optique que cette rencontre était axée sur la transmission des valeurs africaines .
A l’occasion de cette deuxième édition, Union des Femmes Africaines en association avec l’organisme Miss Africa Belgium ont mis les petits plats dans les grands en nous proposant un panel d’intervenants issus de divers horizons à savoir :
Son excellence Dr Kaire MBUNDE , Ambassadeur de la république de la Namibie, la présidente de l’UFA/ AWL, Mme Regina MUKONDOLA, la présidente de Miss Africa Belgium, Mme Jeanne CREMER, Mme CISSÉ OUMOU HAMAR TRAORE, Épouse de son excellence l’Ambassadeur du Mali, Mme Latifa AIT BAALA en qualité de mère durant l’échange, Mme Denise TSHINZA en qualité de mère durant l’échange, Mme Chantal MWANZA en qualité de mère durant l’échange, Mme Pascaline TOBANDI en qualité de mère durant l’échange.
 Mlle Farida Annick Kelle a représenté la jeune femme durant la rencontre.
Notons également la présence de Miss Africa 2017, Mlle Stefanie Stevens accompagnée de quelques finalistes.
Le mot de bienvenue a été introduit par Mme Regina MUKONDOLA, qui tenait à rappeler au public présent l’importance de la valorisation de la culture africaine. S’il va de soi que l’éducation de la femme africaine est notamment son passeport, on doit se sentir en harmonie avec la personne qu’on incarne car personne ne le fera à notre place. Notre identité culturelle nous permet dès lors de nous affirmer et d’être à l’aise peu importe l’endroit où l’on se trouve.
Plus important encore , Son Excellence Dr Kaire MBUNDE affirme à son tour que notre identité est une force. Comme en témoigne le Docteur sur base de ses propres expériences, nos valeurs nous rendent uniques.
N’est – il pas vrai que nos jeunes subissent le racisme en permanence et vivent au quotidien une discrimination positive déclare son Excellence. Mais nous leurs ainés, que faisons-nous réellement face à ce genre de situation ? Nous allons bien évidemment dans le sens de ses qualifications à l’instar d’en prendre le coté positif en citant les héros qui ont survécu aux colonies,etc ; Notre devoir en tant qu’ainés de la diaspora est de transmettre des idées positives à nos enfants. Valoriser des images positives est essentiel à la survie de l’éducation .
En dernier lieu, notre réussite ne dépend que de notre personne , on est amené à réussir peu importe l’endroit où l’on se trouve dans le monde ; on est amené à utiliser à bon escient  notre identité dans la société active. Il nous est possible de nous intégrer dans la société en se créant nos propres opportunités.
« Il est certain que l’éducation passe aussi par l’hygiène de soi  » a déclaré à son tour Nenette Dos Santos. Le constat  est que la génération d’aujourd’hui est de plus en plus précoce. C’est pourquoi il est nécessaire de prendre le temps de dialoguer avec ses enfants,  la communication en occurrence est très importante.
Bien évidemment , il est nécessaire de conseiller et de valoriser nos enfants à leur juste valeur. Nenette  a insisté sur le fait que se maquiller n’est pas mauvais, nous parents en particulier la mère de famille doit tenir compte de l’environnement de sa fille, tenir compte de sa croissance précoce et l’orienter dans son évolution. Mais le constat aujourd’hui est que les parents consacrent plus de temps à leurs filles et ont tendance à oublier leurs garçons.

Farida Annick Kelle, Jeune femme entrepreneur qui nous a raconté son récit personnel, a tenu à remercier ses parents pour l’éducation africaine qu’elle a eue durant son enfance jusqu’à l’age d’aujourd’hui. C’est dans cette optique que son association Black Girls Diary tente de récompenser les jeunes femmes africaines âgées entre 20-30 ans pour leur dévouement pour la culture africaine.

A son tour, Mme CISSÉ OUMOU HAMAR TRAORE a mis l’accent sur la question de comment garder son identité dans n’importe quel environnement .
Mme Latifa AIT BAALA nous a parlé de son expérience et le fait de cultiver son identité en abordant le cas du Maghreb et le fait que cette communauté ne se considère pas à part entière liée au continent africain. Toutefois il y a un réel problème d’éducation car malheureusement les marocains ne connaissent pas leur propre histoire, a t’elle ajouté.
De manière générale, on doit construire un projet de société sans renoncer à ses projets de société autour des valeurs constitutionnelles.
Un des sujets majeurs de cette rencontre fut  la question de l’hygiène corporelle  et de la sexualité de la jeune femme avec l’intervention remarquable de Maman Pascaline TOBANDI sur la bactérie Chlamydia( maladie qui entraine la stérilité chez la femme ).
La sexualité est la plupart du temps un sujet tabou dans la culture africaine, c’est souvent difficile d’aborder cette thématique avec nos filles.
En général, une femme n’est pas censée avoir des relations sexuelles avant le mariage, mais la culture européenne a une forte influence sur l’éducation et les mœurs de nos jeunes femmes. Il est important de prévenir nos filles sur les préventions sexuelles.
Cette bactérie peut exposer à des maladies telles que le VIH d’où l’importance de prendre une grande responsabilité de notre corps car demain on sera appelé à devenir mère.
Le concours Miss Africa n’est pas simplement un concours de strass et de paillettes a déclaré Mme Jeanne CREMER  lors de son intervention. Au sein de Miss Africa, elle enseigne aux jeunes filles les véritables valeurs d’une femme africaine.
Nous savons tous que de prime abord la beauté de la femme africaine est représentée sous plusieurs formes. C’est dans cette optique que le mouvement « Osez le Foulard » de DK Ange met en avant la beauté de cette derniere à travers un foulard.
Pour clôturer les interventions des panélistes,le pasteur Zaina MUTUALE BRAKO nous a parlé de son expérience en tant que femme africaine, et le juste équilibre qu’elle a trouvé avec sa double nationalité et ce qu’elle peut apporter à son continent.
C’est autour des questions-réponses et dans une ambiance conviviale, d’échange et de partage entre 2 générations de femmes que s’est achevée cette deuxième édition de la Rencontre des femmes de la diaspora sous le thème de la transmission des Valeurs africaines.
A.  De Souza
Editeur Responsable Bel’Afrika media TV
AMMAFRICA WORLD
Share.

Leave A Reply

error: Content is protected !!