Interview épatante de Monique Mukuna pour l’avenir de la RDC

0

Interview spéciale avec Monique MUKUNA présidente du plateforme « RDC NOUVEL HORIZON »: Quand la Femme s’y met, les choses bougent….

Nous vous proposons cette belle interview dont la lucidité ne laisse personne indifférent! Monique Mukuna est une femme qui se distingue des autres femmes dans sa carrière politique par sa clairvoyance sur la situation que prevaut en RDC! Elle a des idées à exploiter dans son pays, si seulement si on fixe  aussi le regard sur elle! Il y a encore de l’espoir pour l’image de la gent féminine congolaise ! Suivez! @ammafrica

RDC: MONIQUE MUKUNA :  » L’AFRIQUE DOIT SE DÉFAIRE DU SENTIMENTALISME DANS LES RELATIONS ÉCONOMIQUES… »

(Grande Interview exclusive et inédite)

 »Je suis du côté du congolais qui ne demande rien d’autre que de profiter d’être né dans un pays si riche potentiellement et culturellement »…

 »La fin du banditisme armé ne peut provenir que d’un leadership responsable, sévère… »

LIBERTÉ PLUS : Bonjour madame Monique MUKUNA

MONIQUE MUKUNA : Bonjour LIBERTÉ PLUS

LIBERTÉ PLUS: Pouvez-vous nous parler en bref de votre rapprochement avec le président américain Donald Trump ?

MONIQUE MUKUNA : Le président Trump représente pour moi une cassure du leadership traditionnel et celui de l’avenir qui, de mon point de vue, doit être basé sur le RÉSULTAT et non pas sur les manoeuvres politiciennes au détriment du nationalisme. Je suis la présidente d’une plate-forme forme socio-polique,RDCNOUVELHORIZON, et en tant que tel, il est de mon devoir de rapprocher nos associations avec avec d’autres structures sur le plan national et international. L’association MOTHERS WORKING FOR TRUMP que je représente en RDC va emmener un plus à nos associations de femmes, surtout dans l’entreprenariat.

LIBERTÉ PLUS : Lorsque l’administration Trump annonce qu’elle va interdire à la procureure Fatou Bensouda l’entrée aux USA au cas où cette dernière tente de poursuivre les responsables américains et israéliens pour les atrocités commises en Afghanistan, ne pensez-vous pas qu’au vu de votre sens de combat politique, une telle démarche pourrait, dans certaines mesures, susciter une requalification de vos relations avec le président Trump ? De deux, comment avez-vous appris l’attitude de Kinshasa qui, à son tour, a menacé de quitter la CPI suites aux déclarations de l’administration Trump envers la CPI?

MONIQUE MUKUNA : Je suis partisane d’une Cour africaine. Tout en condamnant les abus de pouvoir et les atrocités commis par nos leaders, Je connais aussi la complexité de la diplomatie internationale. Les USA ont le droit de chercher à protéger leurs intérêts. C’est à nous également de protéger les nôtres sans encourager la criminalité. Notons aussi qu’étant qu’africains, le fait d’être jugés en Europe ( qui n’est pas non plus une terre sainte) n’est pas honorant.

LIBERTÉ PLUS : Le monde venait de célébrer le 11 septembre la journée mondiale de la lutte contre le terrorisme en mémoire aux victimes des attentes du 11 septembre 2001 aux USA. Plus de 17 ans après l’institution de cette journée, le monde, particulièrement l’Afrique, continue de connaître des atrocités de la part des organisations terroristes, notamment le Boko Haram, les ADF… D’après vous, que faire pour mettre définitivement fin au terrorisme ?

MONIQUE MUKUNA : Il y a plusieurs sortes de terrorismes et différentes actions comme proposition. Le 11 septembre n’est pas à placer dans la même catégorie que les ADF, ces voyous,soit disant rebelles qui ne visent que nos richesses et tuent nos frères comme des chiens. La fin de ce banditisme armé ne peut provenir que d’un leadership responsable, sévère envers les inciviques et agressif contre tous les assaillants de la RDC à l’interne comme à l’externe. Des restrictions sur nos exportations vont aussi faire partie de la solution à long terme ainsi que le renforcement de nos lois sur l’immigration.

LIBERTÉ PLUS : Vous avez suivi de près le sommet Chine-Afrique à l’issue duquel la Chine a promis de réaliser un investissement de 60 Milliards de dollars à travers l’Afrique en 2019. Pouvons-nous conclure que la Chine, qui ne conditionne pas sa coopération avec les états africains, est le meilleur partenaire d’aujourd’hui et d’avenir pour le continent noir?

MONIQUE MUKUNA : Il n’y a pas de bon ou de mauvais partenaire mais une bonne ou mauvaise négociation existe. La Chine n’est pas le père noël . Le capitalisme refuse l’idée de bonté dans les affaires mais d’intérêts. L’occident et la Chine ont besoin d’avoir en face d’eux des patriotes qui comprennent le sens des décisions à long terme. Une négociation peut être profitable à court terme et néfaste à long terme. Mon conseil : l’Afrique doit se défaire du sentimentalisme dans les relations économiques. Quelque soit le partenaire, c’est l’intérêt à court, moyen et long terme , tout cela basée sur l’éthique de nos valeurs africaines

LIBERTÉ PLUS : Le gouvernement a déposé un budget de près de 6 milliards pour l’an 2019, qu’elle est votre position ?

MONIQUE MUKUNA : Ma position est que notre pays a besoin de se renouveler. Ça sera vraiment la base d’une nouvelle identité. Renouveler complètement son système de gouvernance, Majorité présidentielle et opposition, à la base de cette honte reflétée par ce budget insignifiant pour notre potentiel en ressources naturelles et humaines. Vous allez être étonné que je parle aussi de l’opposition; si elle s’oppose réellement à qui que ce soit ,elle ne devait plus être représentée ni au parlement ni au sénat, ni dans toutes ces institutions hors mandat. Ce budget qui s’inscrit dans la continuité de gestion passée est Juste le reflet de la dégradation de notre tissus économique ainsi que du chaos politique inacceptable qui prévaut en République Démocratique du Congo. 6 milliars pour une superficie de 2 345 409 km2 à doter d’infrastructures modernes ; plus ou moins 80 millions d’habitants à gérer en terme de social, de culture, de santé publique, d’éducation, de création d’emploi, de sécurité, … où est la cassure économique post électorale recherchée ?

LIBERTÉ PLUS : La plupart des candidats de l’opposition ont présenté leur programme avec des budgets qui tournent autour de 20 milliards l’an, est-ce un montant réaliste ? Quel est le projet qui a plus retenu votre attention ?

MONIQUE MUKUNA: Aucun. N’oublions pas ,svp, que j’avais aussi l’intention de me présenter et que je me suis desistee pour éviter le scénario : Élections non consensuelles – annonce résultats- manifestation de protestation- répressions contre nos frères… Je rappelle cela pour vous annoncer que mon programme était déjà fin prêt : un budget progressif de la première année à la 5ème, un budget qui évolue d’abord en prenant en compte les prévisions de collecte de fonds sur le plan national avant de penser aux milliard qui supposément doivent provenir de l’extérieur sans oublier la restructuration du FMI et autres redevances de la RDC en cours… Ces chiffres sont irréalistes.

LIBERTÉ PLUS : Une frange importante de l’opposition a levé l’option de présenter un candidat commun de l’opposition. Est-ce une bonne décision ?

MONIQUE MUKUNA : Avant de répondre à cette question je voudrais vous préciser une chose : Je ne suis ni de la majorité présidentielle, ni de l’opposition sous sa forme actuelle, mais je suis du côté du congolais qui ne demande rien d’autre que de profiter d’être né dans un pays si riche potentiellement et culturellement. C’est le congolais qui m’intéresse. Le candidat unique de l’opposition : 1.Les bases de ce choix doivent être inclusives et objectives. Vous ne pouvez pas demander au gouvernement une inclusivité des élections et que déjà, vous choisissez sur les candidats présidentiels quelques têtes seulement que vous dites être de l’opposition selon des critères subjectifs; en face de vous , vous avez le FCC, une méga structure qui est composée des  » grands et des « petits » 2. La libération des prisonniers politiques ne doit pas concerner des prisonniers dits emblématique mais tous. Mes pensées vont à Me Firmin Yangambi. 3. Les efforts doivent se focaliser sur le processus électoral lui-même avant de débattre de ce choix du candidat unique parce que quelque soit le candidat choisi, il ne peut en aucun cas battre la combinaison de la machine à voter ainsi que les fictifs. 4.L’honnêteté intellectuelle veut que l’on puisse reconnaître qu’avoir déposé les candidatures dans ces conditions qui étaient claires dès le départ et qui n’ont pas changées ni modifiées depuis les dépôts équivaut à vouloir changer les règles du jeu pendant le match. Les dépôts devaient être conditionnés.

LIBERTÉ PLUS : À l’allure où vont les choses, regrettez-vous de ne pas déposer votre candidature ?

LIBERTÉ PLUS : L’allure des choses me réconfortent dans ma décision qui avait été prise d’abord par conviction personnelle.

LIBERTÉ PLUS : Nous avons fini, avez-vous quelque chose à ajouter ?

MONIQUE MUKUNA : Merci encore Liberté Plus. Le niveau de vos questions est un honneur pour moi et pour votre métier. Et, surtout, n’oublions pas: TOLINGA CONGO, Aimons la RDC! Merci!

Propos recueillis par LIBERTÉ PLUS, Octobre 2018

 

AMMAFRICA WORLD

Share.

Leave A Reply

error: Content is protected !!